LA REALITE DE LA PROSTITUTION AFRICAINE EN OOCIDENT (14 Mars 2010)

La C.P.R.S. et la classe de Terminale C du Lycée Joss, promotion 2009/2010, à

l'occasion de la Journée Internationale du 08 Mars  2010,

présentent 

  

UN EXTRAIT DE

LA REALITE DE LA PROSTUTION AFRICAINE

EN EUROPE

Une œuvre d’Amely James KOH BELA.

 

Notes de Grioo.com:
1.L'auteur de l'article, qu'on retrouvera bientôt en interview sur Grioo.com à propos d'un livre qu'elle a publié il y a quelques mois sur le sujet de la prostitution africaine en Europe, a été récemment récompensée d'un prix décerné par le journal Africa International pour son travail sur le terrain, depuis plusieurs années notamment, auprès des prostituées africaines.
2. Les faits décrits dans cet article sont d'une parfois d'une cruauté difficile à supporter, âmes sensibles s'abstenir

 

Témoignage de Poupy, jetée dans la prostitution en Europe et Lolita : son calvaire commence à Bénin City
Témoignage d’une prostituée rongée par le SIDA
Poupy est une jeune femme d’origine ivoirienne de 36 ans. Une carrière de vingt-deux ans dans la prostitution en Europe, dont sa propre tante est à l’origine, lui a laissé bien évidemment de nombreuses séquelles corporelles et morales.
                              « C’est à partir de 12 ans que ma vie devient compliquée. Tout le monde me trouve belle et intelligente et c’est un défilé permanent chez mes parents pour des réserves en mariage (on demande d’avance la main de la jeune fille, ndlr). C’est un honneur d’avoir une fille aussi sollicitée. Je suis trop jeune encore et mon père veut que je fasse les études, donc il dit non à tous. C’est vers 14 ans que la soeur de ma mère qui vit en Hollande et qui semble y avoir réussi, demande à ma mère de me laisser avec elle. Non seulement, je vais faire de belles études, mais aussi, elle se chargera de me trouver un mari riche car elle en a trouvé plusieurs pour les filles des autres. Si seulement j’avais su ce qui m’attendait chez les Blancs, je serai restée bien au chaud chez mes parents. Mais à 14 ans, comment savoir, comment se méfier de ma tante si gentille, si généreuse, une personne au dessus de tout soupçon ? C’est ainsi que je me suis retrouvée à Amsterdam.

Ma tante, mon proxénète
Elle a pris mes papiers pour s’occuper de ma régularisation et je ne les ai plus revus. Elle m’a dit que le système scolaire hollandais est différent et que j’allais intégrer l’école au second trimestre. C’est alors qu’à la maison, un défilé bizarre d’hommes d’un certain âge qui me regardaient sous toutes les coutures comme une bête curieuse, a commencé. Ma tante m’avait habillée et maquillée comme une pin-up. Je faisais cinq ans de plus, ces hommes me touchaient et me tâtaient de partout. En fait, elle avait mis en vente ma virginité et pendant tout ce temps, elle cherchait le plus offrant. Cette femme que je respectais, que j’adulais, que l’idolâtrais, était devenue une inconnue pour moi, une étrangère, une vendeuse d’enfant, une trafiquante d’être humain...
         
C’était difficile de la regarder, je la détestais. Un jour elle est venue à la maison et m’a demandé de rassembler mes maigres affaires, car un monsieur allait venir me chercher pour quelques jours. Elle m’a demandé d’être gentille avec lui et de faire tout ce qu’il va me demander car c’est un mari potentiel, un homme riche et influent qui s’occuperait de mes études et s’occuperait de nos parents en les faisant venir en Hollande. Ce qui serait magique pour maman... Je me suis mise à crier et à pleurer tellement fort qu’elle m’a attrapée et m’a giflée pour que j’arrête de crier ; elle m’a dit de ne pas gâter (compromettre, ndlr) ses affaires. C’est tremblante et terrorisée que je suis entrée dans la luxueuse voiture du monsieur et que je suis partie dans la nuit avec un inconnu pour une destination que je ne connaissais pas...

 

Séquestrée par un vieux pédophile
Après un long voyage en voiture pendant lequel le monsieur a été un peu gentil avec moi - mais cette gentillesse va disparaître dès notre arrivée - nous arrivons dans sa luxueuse villa. Il donne des instructions à une domestique pour moi. On m’installe dans une chambre, la femme me prépare un bain et c’est monsieur qui me le donne, je tremble et je ne sais ni où je suis, ni ce qui va m’arriver. Mais je l’ai su rapidement. Il m’a sauvagement violée toute la nuit - je n’avais pas tout à fait quinze ans - en me demandant des choses sales que je ne connaissais pas. Cela va durer des mois et plusieurs fois par jour, sans que personne ne vienne à mon secours. Seule la femme de service m’aidait pour la toilette et me surveillait pour que je ne m’échappe pas. Ainsi qu’un vieux médecin de famille qui passait souvent soigner mes blessures et soulager les douleurs des longues et douloureuses sodomies sauvages dont j’étais victime. J’étais sa chose, son esclave, il m’avait achetée très cher, je lui appartenais, vendue par celle que je considérais comme ma mère...

Je suis restée deux ans dans cette villa et je suis devenue, à 17 ans environ, trop vieille pour cet amateur d’adolescentes, il a acheté une autre fille d’origine congolaise. Et il m’a vendue à un photographe suisse pour magazines pornographiques à qui il m’a chaudement recommandée pour mes formes. Je n’étais pas la première fille dans cette villa, il en achète en moyenne tous les deux ans, et les revend avant 18 ans car à cet âge elles sont trop vieilles pour lui. A 17 ans à peine, je commençais une carrière de mannequin de charme comme il disait. Ce monsieur va changer ma vie, il m’achète des vêtements, m’emmène chez le coiffeur, me donne de l’argent, beaucoup d’argent, mais en contrepartie, me fait travailler comme une esclave et me fait faire des choses tellement dangereuses qu’elles mettent ma vie en danger. Il héberge deux autres filles dont une Gabonaise et une Bulgare.

 

Mes entrailles dévastées
Notre travail consiste à faire des photos de fist fucking. Ce sont des scènes où nous sommes pénétrées par toutes sortes d’objets (carottes, aubergines, concombres, bananes ou d’autres fruits, des bouteilles ou encore des mains entières ou des pieds ou les deux. Ou même plusieurs fruits ou légumes dans tous les orifices possibles. Ce sont nos organes spectaculairement dilatés, au bord de l’explosion et de la déchirure, qui sont photographiés. C’est très douloureux. Mais les amateurs de ces photos sont très demandeurs et le marché explose. Pendant que le photographe fait son travail, il y a un caméraman qui filme et ils feront des cassettes qui vont rejoindre les sex-shops du monde entier. Pour soutenir la douleur qui nous déchire les entrailles, nous sommes droguées et pour des scènes comme celles de bouteilles ou de poings, il est arrivé qu’un médecin nous fasse des petites anesthésies locales ; car les premiers films montraient nos larmes et notre douleur. Sur les photos, en filmant juste l’essentiel, on ne montrait pas nos visages figés et tétanisés par la douleur...
Je suis incapable de décrire cette douleur qui vous arrache les tripes. Imaginez le poing d’un homme entièrement enfoui dans votre corps et que ce poing soit en mouvement. Plusieurs fois, je me suis évanouie de douleur, et plusieurs fois déchirée et recousue. Des gens paient des sommes folles pour visionner les cassettes de ces actes barbares chez eux. Une fois le petit effet anesthésiant parti, on a l’impression que l’intérieur du corps est en train de brûler. C’est à ce moment là, que Rolf a commencé à nous droguer et à nous donner de l’alcool et d’autres comprimés qui nous faisaient parfois oublier ce qu’on avait fait la veille. C’est la douleur dans la zone génitale qui nous rappelait la vérité. On dormait la journée et on travaillait la nuit. Ce calvaire a duré des années, nous changions souvent de pays : Italie, Espagne, Allemagne, France, surtout le Sud en été, il y a de gros clients.

 

Si tu savais ma vie...
Aujourd’hui, à 36 ans, mon corps est détruit : prostituée, battue et violée. Aujourd’hui, la drogue, le sexe et les choses que j’ai laissées mettre dans mon corps m’ont détruite. Mes muscles ont tous lâché et je suis sujette à des fuites au niveau de tous les orifices. Je traîne et porte en permanence de grosses protections que je dois changer toutes les deux heures à cause des fuites et des mauvaises odeurs. Je n’ai plus de vie de femme, aucun homme n’a envie de moi dès qu’il voit l’étendue des dégâts, surtout le long traitement de mes multiples infections. Je ne vis que pour la drogue et pour ma famille que je gâte mais qui ignore tout. Dieu seul sait comment tout cela finira. On m’a mis dans la merde et aujourd’hui, je me bats seule, je ne peux plus rentrer. Je ne saurais expliquer les marques sur mon corps et je risque de manquer de drogue. Ici, j’ai mes habitudes et mes clients. Je suis là parce que la personne que je considérais comme ma mère a vendu ma virginité. »

Lolita est Nigériane et a seulement 26 printemps lorsque son témoignage est récolté. Son parcours est une illustration parfaite du calvaire de plusieurs milliers de femmes africaines. La prostitution a fait d’elle une droguée et une alcoolique que le sida précipite dans les bras de la Grande Faucheuse.

« Si seulement j’avais su ce qui m’attendait dans ce monde de fou, ce monde que tout le monde admire, ce monde où ils veulent tous venir, [...] Un monde où, nous les prostituées africaines, sommes considérées comme de la merde, des esclaves à qui on fait manger des excréments et boire des urines. On trouve normal que des malades, des pervers, des gens riches utilisent leur pouvoir et leur argent pour faire des choses aussi graves sur des êtres humains.
                        On dit que nous sommes adultes donc consentantes. C’est faux car personne ne m’a demandé mon avis avant de me jeter dans cette merde. J’ai été forcée et menacée. Et si nous sommes adultes, que fait-on des enfants qui sont dans ces milieux ? Des enfants de tous les âges. Et plus ils sont jeunes, plus ils coûtent chers. Ce ne sont pas les pauvres qui peuvent payer des sommes aussi énormes, leurs salaires ne suffiraient pas...

 

« Je n’ai plus peur »
Je suis révoltée et je n’ai plus peur, de toutes les façons mes jours sont comptés. Mon sida est en phase terminale. Ils ont plus de respect pour leurs chiens que pour nous, je sais que toutes les filles ne passent pas par les mêmes étapes que moi. Mais je sais ce qui se passe dans ce milieu et les filles nient tout par peur des représailles. Leur argent leur donne des droits sur notre vie... Si la drogue, le sida et l’alcool ne me tuent pas, leurs saletés que j’ai avalées ainsi que celles de leurs chiens sans oublier tous les coups que j’ai pris, suffisent à me tuer...
J’ai supplié le Dieu de me pardonner et de me reprendre. Personne ne peut vivre avec ce que j’ai dans la tête, il suffit que je ferme les yeux pour que ces horreurs me reviennent. Et tous les jours, toutes les nuits c’est le même calvaire, c’est une torture. Que quelqu’un m’aide à en finir, je n’ai plus la force de tenter quoi que ce soit. Bon Dieu ! Je voudrais juste un moment de répit, un repos. En finir avec ce monde, partir, partir, juste partir...

Recrutée sur Internet
Mon calvaire a commencé à Lagos, je suis tombée sur une annonce sur Internet où un homme d’affaires cherchait des filles désirant se marier pour son agence matrimoniale. Il y avait des photos : des cas de mariage réussis. J’ai aussi répondu à des annonces dans des magazines qu’on trouve un peu partout maintenant. C’est allé très vite. Le monsieur m’a contactée et nous communiquions par Internet. Il m’a proposé des choses qu’aucune femme ne peut refuser. Le rêve quoi ! En moins de trois mois, j’avais tout le nécessaire pour partir pour Londres. Il m’avait donné des noms de personnes à voir et tout s’est passé sans problème. Il fallait juste que j’aille à Benin City (ville du Nigeria, ndlr) chercher un petit colis pour lui. J’ai été très surprise de voir que le colis en question, c’était trois petits garçons entre huit et douze ans. Leurs passeports étaient prêts, les visas aussi. Tout était ok. Je suis allée voir un monsieur que les gens appelaient "sorcier" qui m’a donné des instructions.

Notre voyage passait par le Ghana et là-bas, quelqu’un d’autre devait nous remettre des passeports du Libéria, et c’est avec ces nouveaux passeports que nous sommes partis pour Londres. Ils nous permettraient d’obtenir plus rapidement le statut de réfugiés à destination. Nous sommes partis après trois jours dans un bidonville d’Accra où nous devions nous cacher, pour éviter la jalousie de ceux qui n’avaient pas notre chance... Le plus jeune des garçons est tétanisé par la peur : il pleure beaucoup, il tremble et ne dit pas un mot, seul refuge, mes bras qu’il quittera juste pour que j’aille aux toilettes ou me laver...

Des enfants sans défense
A l’aéroport, mon fiancé m’attendait ainsi que celui qui devait récupérer les enfants. La séparation fut pénible. Il a fallu beaucoup de force pour détacher le plus jeune garçon de moi, je n’ai d’ailleurs plus vu ou eu des nouvelles de ces enfants. J’ai suivi cet homme dont je ne savais rien sinon qu’il se faisait appeler "BRYAN". A peine arrivée chez lui, le cauchemar a commencé. D’abord, il fallait faire plus ample connaissance. J’ai voulu résister pour lui expliquer que j’avais besoin d’un peu de temps, que ce n’était pas facile de se donner ainsi à quelqu’un qu’on connaît à peine. Mais la fermeté avec laquelle il m’a attrapée m’a fait céder immédiatement. Mes premières heures sur le sol anglais furent des heures de viol sur le tapis d’un salon. Je ne devais rien dire. Il se reposait, buvait du whisky et recommençait des choses douloureuses et dégoûtantes dont j’ignorais l’existence. J’ai cru que j’allais mourir.

J’étais obligée de faire ce qu’il voulait, je ne connaissais que lui, et il avait pris mes papiers. Après avoir abusé de moi, il m’a demandé de visionner des cassettes où on voyait des filles avec des animaux et il m’a dit de bien regarder ce que font les filles. Car je devrais en faire autant. Ma venue lui avait coûté beaucoup d’argent que je devais rembourser. Et aussi, comme il est gentil, il va nous trouver des marchés, des tournages et nous partagerons l’argent à parts égales. Il m’a dit qu’il me donnerait quelque chose pour me donner le courage car il m’en faudrait, mais au bout, il y a de l’argent. Beaucoup d’argent. Le petit truc pour me donner du courage, c’est de la drogue. C’est ainsi que, trois semaines après mon arrivée sur le sol anglais, je suis devenue actrice de films X avec les animaux entre Amsterdam, Berlin, Paris et Londres, ma résidence.

 

Des femmes et des animaux
Une à deux fois par semaine, j’allais dans des studios de tournage ou chez des particuliers tourner ces cochonneries. Parfois le maître du ou des chiens nous rejoignait et ça donnait une scène qui donne la nausée. Le chien et son maître en même temps, avec l’épouse qui regarde ce cirque, amusée, en sirotant un cocktail. Je me droguais et buvais un coup avant car je n’aurais pas pu le faire sans planer. Ces animaux en moi, leur bave, leurs poils, leur mauvaise haleine, les coups de griffes et la violence due aux encouragements des maîtres dont les ordres peuvent faire passer le rythme des animaux de mou à violent. Et vous en dessous, vous encaissez ces coups. Je pleurais, je criais, les yeux fermés, je priais encore ce Bon Dieu de me prendre. Qu’est ce que j’étais en train de faire ? Ma pauvre mère en mourrait si seulement elle le savait. Pour éviter qu’elle se pose des questions, je lui envoyais de l’argent et des photos soigneusement mises en scène par Bryan...
                    Le pire des moments était quand il fallait faire des caresses buccales à ces animaux. Ne pouvant pas leur mettre des préservatifs, les rapports étaient sans protection et le monsieur disait que je ne risquais rien car Dieu avait bien fait les choses. Il était impossible qu’une fécondation ait lieu. Pendant des années, je n’ai fait que ça : des milliers de litres de déjections animales dans mon estomac. Mon corps est tellement sale qu’aucun enfant ne peut se développer dedans. Un jour pour agrémenter les tournages, la femme du maître des chiens est allée chercher des chiots de quelques jours qu’elle a mis à mes seins. C’était très douloureux car ils tiraient de toutes leurs forces car rien ne sortait. Les professionnels revendent ces cassettes par milliers dans le monde et les particuliers se les repassent à domicile entre soirées avec des amis pervers autour d’une bouffe.

 

Ma famille vit bien et moi je vis avec le SIDA
Je dois avouer que j’ai eu beaucoup d’argent. J’ai construit chez moi et ma famille vit bien. Je paie la scolarité des plus jeunes et je suis respectée et adulée. Ma famille est fière de moi, car elle ignore tout. Par gourmandise, j’ai augmenté les cadences de tournage, cela a aussi augmenté mes revenus, mais aussi les doses de drogue et l’alcool. Pendant les périodes mortes, il me prêtait à un ami dans le Sud de la France, car pendant l’été, dans certains bateaux au bord de la mer, avec l’arrivée de célébrités, il y a un grand marché de prostituées et de la drogue. Il y a des orgies des nuits entières et ça rapporte gros. Ça permet de changer d’activités et de se faire de l’argent toute l’année.

C’est peut-être là-bas que j’ai contracté le virus du sida, mais n’étant pas surveillée de façon régulière, la maladie a été découverte trop tard, j’ai été abandonnée sur la plage de Saint Tropez. Bryan a disparu et changé d’adresse. C’est une prostituée polonaise qui m’a aidée mais comme elle ne pouvait plus assumer mes doses de drogue, en plus de tout ce qu’elle faisait pour moi, elle m’a présentée à une fille africaine dans le métier qui m’a parlé de cette association qui s’occupe des femmes africaines atteintes de sida... Ma maladie est en phase terminale, je n’aurai pas trente ans, mon corps est recouvert de boutons infectés, je suis droguée, anorexique, alcoolique. Et il m’arrive encore de faire des passes, mais je fais attention aux clients qui ne savent rien de ma situation. Je ne les mets pas en danger, c’est pour me payer mes doses de drogue et l’alcool. Je prends ces cochonneries pour accélérer ma fin. Les images me torturent et c’est un poison qui me tue à petit feu. C’est la pire des morts... Qu’est ce que je regrette d’être venue dans ce monde. Chez moi, je serais saine, épouse et mère... »
Propos receuillis par Amely-James Koh Bela

Amely-James Koh Bela est présidente de la Commission de l’information et de la formation à la Fédération des Agences Internationales pour le Développement, une Organisation Non Gouvernementale (ONG) d’action humanitaire et d’aide au développement. Créée en 1986, l’ONG est dotée du statut consultatif général par le Conseil économique et social des Nations Unies, avec une représentation officielle aux Nations Unies à New York, Genève et Vienne. Elle a pour but de faciliter le dialogue et l’échange d’informations et d’expériences entres ses membres, et de soutenir le développement et le renforcement des associations ayant les mêmes vocations, en vue d’aboutir à des positions et à des actions communes. Son objectif est également de lutter contre la précarité, les exclusions, les discriminations et les inégalités sous toutes ses formes. Amely-James Koh Bela préside aussi la représentation française de l’Institut de la solidarité et du développement dont le siège se trouve au Cameroun. Diplômée d’une école de commerce, c’est après une longue expérience dans le milieu associatif et dans l’humanitaire, qu’elle se bat depuis plusieurs années au sein de cette ONG contre le trafic des femmes et des enfants notamment dans la prostitution. « Prostituer des êtres fragiles de force est un crime contre l’humanité, qui doit être puni de façon sévère », dixit Amely-James Koh Bela.

AIDE fédération
29, rue Traversière, 75012 Paris
Tél. : + 33 1 40 19 91 51.
Fax : + 33 1 43 44 38 40.
E-mail : ameljames3@hotmail.com]
|i Source: Afrik.com

 

 

Pouvez-vous vous présenter à nos internautes?
Je travaille avec trois associations, AIDE où je préside la commission pour la lutte contre les trafics humains, Culture Sans Frontière et Solidarité du Cameroun dont la présidente est Madame Georgia Sam. Travailler avec ces associations qui ont aidé, pour AIDE, plus de 2.000 prostituées africaines en France, ou des jeunes d'origine immigrée en situation précaire (sans papiers, ruptures familiales, fugues), m'a permis de faire ce travail.
Pouvez-vous nous décrire quelques formes de prostitution que vous avez recensée?
                Vous avez noté que c'est le plus long chapitre du livre, je commencerai par les formes les plus graves.
La plus insupportable pour moi c'est le trafic des petits enfants à domicile, loués par certains parents à des clients ne "consommant" que des enfants de moins de douze ans. Le plus jeune des 70 cas que j’ai personnellement rencontrés avait cinq ans!!! C'est une filière non mafieuse alimentée par des tantes qui vont chercher des enfants en Afrique. Ces enfants sont normalement scolarisés, mais doivent satisfaire tous les soirs un ou deux clients, et sont "loués" pour des parties ayant lieu dans toute la France. Les tarifs vont de 100 euros par enfant pour une soirée, à 500 euros pour le week-end, certains payant parfois plus pour tourner des films pédophiles qu'ils revendent à 100 euros la cassette sur Internet.
Je précise encore une fois: ce sont des enfants vendus par des africains sans l'intervention de mafia quelconque, c'est une filière 100% familiale.

Votre livre dénonce le trafic des petites filles vierges!
Les prix s’envolent dans ce domaine, les "clients" paient de 2.000 à 5.000 euros pour avoir le "privilège" de dévierger des petites filles, les plus chères étant les petites vierges albanaises qui coûtent 10.000 dollars en Italie. Ces gamines sont rapidement jugées trop vieilles puis reversées dans la prostitution "normale".
De plus en plus de cas existent car l'Angleterre a des pédophiles et adeptes de petites vierges, mais connaît également de fausses adoptions d'enfants vendus à des sectes sataniques pour être sacrifiés: cœur et cerveau sont extraits, le reste du corps est brûlé ou fait disparaître. Scotland Yard a révélé ce scandale quand ils ont retrouvé des corps privés de cœur et de cerveau dans la Tamise.
C'est une filière essentiellement alimentée par des trafiquants nigérians car il existe une ville dans le sud du Nigeria, Benin City où le trafic d'enfant est "normal": c'est une coutume locale qui ne choque plus.

On apprend également que les plus "grandes", même si certaines n'ont que 14 ans, servent dans des "soirées spéciales" où les clients rivalisent d'ingéniosité dans l'horreur, tournent dans des films zoophiles ou des scènes scatophiles!
      La scatophilie, qui voit des jeunes femmes manger des excréments et boire de l'urine, ou des toasts d'excréments au champagne, nommés "caviar" dans le milieu, a des tarifs allant de 1.000 à 3.000 euros par fille et par soirée. Les excréments sont enduits sur les corps des filles comme des masques, et tout le monde se vautre dans cette puanteur.
Certaines filles sont obligées de coucher avec toutes sortes d'animaux mâles, bœufs, chiens, chevaux, poneys, serpents, singes ou anguilles. Certains hommes font la même chose avec les femelles de ces animaux. C'est autour de 5.000 euros le tournage, qui dure en général une journée. En général le "réalisateur" vient avec plusieurs animaux, fait tourner les gens à la chaîne, et réalise ensuite plusieurs films vendus sur Internet entre 100 et 200 euros la cassette, suivant les spécialités.
La "star" du moment est une sénégalaise de 24 ans qui coûte 30.000 euros l'heure de tournage, toute une agence qui travaille pour elle !

 

Vous avez annoncé des tarifs assez élevés, mais combien touchent les filles pour faire des choses aussi horribles?
Les macs les plus généreux leur reversent entre 15 et 20%. Certains donnent beaucoup moins pour rembourser des dettes allant jusqu'à 20.000 dollars, j'ai vu des filles devant travailler gratuitement pendant 5 ans pour rembourser les dettes générées par le voyage en Europe.
A côté des formes les plus extrêmes on a l'impression que la plus horrible est celle des prostituées "bas de gamme" qui se gèlent le popotin sur le trottoir, ont des cadences infernales avec l'hygiène plus que douteuse et qui parfois ne touchent quasiment rien?
                                C'est le cas de toutes les filles sévissant entre la Gare du Nord et Porte de Clignancourt, en général des ghanéennes et des sierra-léonaises qui ont des passes de 8 euros pour 15 minutes chrono! Ce sont celles qui se ramassent ce qu'il y a de plus sale et de plus dégradant dans la prostitution: tout le monde peut se les offrir. Ce sont également les plus malades parce qu'elles ont des clients qui refusent de mettre des préservatifs et paient pour cela des tarifs à peine supérieurs.
Elles sont surveillées par une "maman" qui compte la durée des passes, et qui récolte presque tout l'argent le soir.

A croire votre livre, la plupart des filles finissent par devenir des toxicomanes?
              Elles sont toutes droguées. La drogue est utilisée par les proxénètes pour trois choses.
Comme coupe-faim, parce que celles qui viennent d'arriver ne sont pas toujours habituées aux fellations, et l'hygiène douteuse des clients en a fait vomir plus d'une. Si elles ont le ventre vide, il n'y a rien à rejeter, et la drogue les tient.
La drogue permet de soutenir les cadences infernales: certaines filles ont jusqu'à 40 clients par jour.
La drogue permet d'annihiler les sensations extrêmes de douleur qu'elles peuvent ressentir dans les pratiques les plus extrêmes et les plus dégradantes.
C'est également un moyen de pression sur les filles. Quand elles sont en manque elles sont prêtes à tout pour avoir leur dose, même à signer des reconnaissances de dette délirantes.
Une partie d'entre elle deviennent même des dealers vendant de la drogue aux clients des quartiers.
C'est aussi un danger supplémentaire parce que certaines filles sont agressées par des toxicomanes en voulant à leurs doses ou à leur argent.
Du coup les proxénètes ont été obligés d'armer les filles: elles ont un petit revolver dans les sacs pour se défendre.

 

Outre la drogue, qu'est-ce qui contraint ces filles à demeurer des prostituées?
                   Dans le cas des africaines, la première prison morale est la sorcellerie. Les proxénètes les tiennent avec des rites de magie noire où on leur coupe les cheveux ou des poils pubiens, et elles sont convaincues que si elles ne marchent pas droit des choses terribles leur arriveront.
Même quand nous régularisons certaines d'entre elles, tant que les mamans ne leur ont pas rendu leurs ongles (qu'elles doivent récupérer quand elles ont fait leurs 5 ans) elles ne veulent pas en sortir.
Le poids de la famille est aussi très élevée: le mac est souvent la famille plus que le trafiquant, parce que ces filles sont souvent envoyées par leurs familles.
A côté de ces femmes, votre livre dénonce "les pères de famille respectables qui se font sodomiser tous les soirs pour de l'argent"
                        Il faut faire une distinction entre le gigolo et le prostitué parce que le gigolo ne fait que des vieilles dames riches en manque de sensation cherchant du "beau black pur et dur". Dans cette catégorie, les africains les plus concernés sont de jeunes étudiants qui prennent cela comme un jeu jusqu'au jour où ils se rendent compte qu'ils ne peuvent pas en sortir.
Vous avez des hommes prostitués qui prennent tous clients, hommes, femmes. Des centaines d'hommes le font, j'en ai rencontré plusieurs se justifiant par l'absence de papiers, les difficultés à trouver du travail, ou le besoin d’un rythme de vie élevé pour garder leurs épouses. Ils sont souvent mal dans leur peau, parce qu'ils se rendent bien compte de leur situation d'esclave: certains hommes qui paient des prostitués pour leurs femmes, dirigent tous les ébats, choisissent les positions, la manière, et leur interdisent de "salir" leurs femmes, et ils doivent terminer dans des plaisirs solitaires.
Ils sont mal dans leur peau, mais dépendants de l'argent.

A part dénoncer ces malversations, que peut-on faire pour aider ces filles à s'en sortir ou à ne pas rentrer dans ce milieu?
Le premier but du livre est de montrer aux filles les pièges qui leur sont tendus, et leur montrer les dessous de cette Europe dont on ne parle jamais: l'Europe des vices, de la perversion et surtout bien faire comprendre aux jeunes femmes africaines la valeur inestimable qu'elles représentent.
L'Europe est un très bel endroit, il y a beaucoup de choses à découvrir, et il est dommage de voir ces fillesvenir pour ce que l'Europe a de plus sale, ce dont elle a honte.
C'est pour cela que ce livre a été écrit, pour demander aux africains de se ressaisir, et notamment aux parents de jouer leur rôle moral, et expliquer aux jeunes femmes que la promotion sociale ne passe pas nécessairement par une salissure.
Nous devons trouver des moyens locaux pour protéger ces enfants et trouver des alternatives à ces filles.
              En aucun cas ce livre n'est destiné à fermer les frontières aux africains, les européens ne m'ont pas attendue pour cela.
Comment vous contacter ?
AIDE fédération
29, rue Traversière, 75012 Paris
Tél : + 33 1 40 19 91 51.
Fax : + 33 1 43 44 38 40.
E-mail : ameljames3@hotmail.com

 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site