LETTRE DU PEA48 AU SENAT AMERICAIN (02 mai 2009)

    (Publiée le 02 mai 2009)

 

LETTRE DU PEA48 AU SÉNAT AMÉRICAIN 


PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48 (PEA48)
DECISION N°00037/MINATD/DAP/SDE/SPP
SIEGE SOCIAL : RUE CEGET, BONABERI
B.P 9753 DOUALA-CAMEROUN
Site Web : pea48.e-monsite.com
Email : pea_48@yahoo.fr



Douala le 22 Avril 2009


Le PEA48 AU SENAT AMERICAIN,

Objet : Coopération
Afrique – Etats-Unis


Honorables Sénateurs,

Dans ce monde en globalisation continue, l’un des tous derniers grands événements de la politique internationale reste sans nul doute, le grand changement que les Etats - Unis ont connu en janvier dernier avec l’accession de leur nouveau Président, son Excellence BARACK OBAMA, à la magistrature suprême.
Dans ce contexte politique dont le caractère assez singulier n’est plus à démontrer, il est certainement prévisible que les relations bilatérales Afrique - Etats unis en subiront, plus que par le passé, une certaine relance.
C’est de ce fait que nous, militants du Parti de l’Esprit d’Avril 48 (PEA48), au Cameroun, et notre Président National, son Excellence Jean Marc NGOSS, avons ressenti dans un élan de panafricanisme, la nécessité de soumettre deux réflexions au sénat américain

1- La montée progressive de BARACK OBAMA jusqu’à sa prestation de serment en janvier 2009 comme 44e président des Etat – Unis, avec le succès que l’on sait, a naturellement contribué à déclarer médiatiquement ses origines multiraciales. Par le même temps, plusieurs reportages vidéos ont laissé entrevoir le degré de modestie qui est celui de sa famille kenyane pour ne considérer que celle –là.
Alors honorables Sénateurs, l’on a peut – être le droit de se demander si la continuité dans cette modestie serait louable devant Dieu et les hommes. Cette famille a jusque - là l’honneur d’avoir engendré l’une des plus grandes personnalités mondiales de notre temps. Ne devrait-elle pas en tirer le meilleur ? Elle est une ’’ famille présidentielle ‘’, même s’il n’est point question ici d’en faire la présidente des familles.
La conception africaine estime que les familles d’origines de BARACK OBAMA (KENYA, HONOLULU, DJAKARTA) mériteraient d’être relevées matériellement, à défaut d’envisager des réaménagements des quartiers abritant ces familles.
Peut –être que la pensée américaine le conçoit aussi, et que des dispositions sont déjà mises en place dans ce sens, nous l’espérons.
Autant OBAMA peut faire quelque chose pour l’Afrique, peut-être autant l’inverse est vrai.


2- Le président OBAMA prend les rênes de l’exécutif américain en janvier dernier alors qu’il a quarante - sept (47) ans. En cas d’une gestion crédible du pays, il pourrait naturellement se voir octroyé un deuxième mandat par le peuple américain, auquel cas il quitterait l’exécutif à l’âge de cinquante cinq (55) ans. Oui, seulement cinquante -cinq ans, un âge encore jeune pour que l’homme puisse déjà se limiter, par exemple, à la gestion d’une éventuelle fondation OBAMA.
Barack Hussein OBAMA : Président des Etats-Unis d’Amérique. Un génie politique jusque-là, un homme avec qui tout semble possible dans ce domaine. Un observateur ne faisait-il d’ailleurs pas remarquer dans Jeune Afrique que : ’’ ce qui surprend ce n’est pas l’ascension d’OBAMA, mais plutôt la rapidité de son ascension. ’’ ?
Face à un homme doté d’une telle aura, comment s’empêcher de vouloir l’éprouver autrement ?
OBAMA, on le sait, symbolise une nouvelle ère pour les Etats-Unis, et probablement pour le monde entier. Autant son influence est marquante aux E.U., autant elle l’est sur l’échiquier international.
Et s’il était question de matérialiser davantage l’action OBAMA au-delà des E.U., après son passage à la maison blanche. Eh bien, comment ?
Après avoir servi le peuple de son pays, est-ce que le Président OBAMA ne pourrait-il pas porter son exemplarité vers d’autres continents, dont l’Afrique ?
C’est dans cette optique que le PEA48 a jugé non négligeable de soumettre à l’attention du sénat américain et du Président lui-même, l’algorithme suivant d’une possible fin de carrière pour Barack OBAMA. Voici :
a) Au terme de sa présidence aux E.U., et après un certain répit, pourquoi Barack OBAMA ne pourrait-il pas prendre son bâton de pèlerin en direction de l’Afrique ? Il adopterait précisément la nationalité d’un pays africain de son choix, pays dans lequel il s’installerait ensuite.
b) Après 06 (six) mois d’observation des réalités africaines, il mettrait par conséquent sur pied un parti politique, dans le but évident de conquérir le pouvoir politique de ce pays, avec les chances de succès que l’on imagine.

c) Et si par hasard, la providence venait à lui prêter des ailes, alors notre Américain - Africain participerait à sa manière à la redynamisation de la Démocratie et de la bonne gouvernance sur le continent, et surtout aiderait à booster les mécanismes de redéploiement de l’idée des Etats-Unis d’Afrique.
d) A l’issue, enfin, d’un éventuel mandat de cinq (5) ou sept (7) ans à la tête d’un état africain, son Excellence M Barack OBAMA pourrait reprendre sa nationalité américaine, pour une retraite paisible dans son pays, à défaut d’achever sa carrière sur le continent.

e) Mais par ailleurs, si ce sportif, au terme de son mandat présidentiel africain, gardait de la fraîcheur physique, pourquoi n’offrirait-il pas ses services au prochain Etat africain qui le solliciterait ? Souvenons-nous du « vieux Lion » qui en fin de carrière en France s’était donné pour nouvelle tache de faire monter les équipes de football de la deuxième à la première division. N’y aurait-il pas une certaine analogie ?
Enfin, M le Président des E.U, honorables Sénateurs américains, Chers observateurs politiques internationaux, le monde matériel n’est-il pas simplement une grosse émanation des multiples rêves individuels ou collectifs des humains ? Pourquoi ne pas rêver donc ?
Qu’y a-t-il d’impossible sous les cieux ?

Voilà quelques suggestions issues de nos laboratoires. Certains pourraient les trouver inconcevables, voire saugrenues, mais nous osons croire qu’elles seront comprises et surtout leurs faisabilités mises en étude.

Le PEA48 et son Président National, son ExellenceJean Marc NGOSS, vous souhaite beaucoup de succès à la tête des E.U et adressent par la même occasion leurs sincères salutations au parti démocrate américain, frère.
Vive la coopération Etats-Unis - Afrique
Vive le parti Démocrate américain, vive le PEA48
Ampliations
- Barack OBAMA
- Sénat américain
- Ambassade Américaine -Cameroun
- Médias

Le Secrétaire Général National


KOM Bernard, 00 237 99 87 74 59

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site