LETTRE DU PEA48 AU D.G. DE LA LA CRTV

(Publiée le 02 Mai 2009)


LETTRE DU PEA48 AU D.G. DE LA CRTV 

Parti de l’Esprit d’Avril 48 (PEA48)
Décision N°00037/MINATD/DAP/SDE/SPP
Siège Social : Rue CEGET, Bonabéri
B.P. 9753 Douala – Cameroun
Site Web: pea48.e-monsite.com
Email : pea_48@yahoo.fr

Douala le 20 Avril 2009




A M le Directeur Général de la CRTV
Office de Radio et Télévision Camerounaise,


Objet : Remarques et Suggestions

            J’ai l’honneur, au nom des militants du PEA48 et de son Président National, son Excellence Jean Marc NGOSS, de venir auprès votre haute personnalité, porter par la présente lettre, quelques remarques et suggestions, dans le souci simple de contribuer à notre manière au progrès national.

1- Depuis quelques mois maintenant une certaine innovation a spontanément lieu dans les médias audiovisuels camerounais : une douce incursion progressive des langues nationales dans les habitudes. En effet :

a) Les téléfilms locaux, par exemple, persévèrent dans leurs habitudes brèves de faire des clins d’œil aux langues nationales lors de certaines conservations.

b) Certains concours de Miss ont récemment intégré parmi leurs préalables, la nécessité au moins de s’exprimer en langues locales en public, pour les différentes concurrentes.

c) A coté d’autres chaînes locales qui ont déjà définitivement adopté le pidgin english, par exemple, c’est une autre chaîne en voie d’implantation qui annonce le ton avec des programmes en foufouldé et autres langues nationales.

d) Une autre chaîne locale de télévision, dans la même lancée, vient d’inaugurer depuis environ deux mois, l’idée de la publicité en langues nationales (pour des produits technologies en l’occurrence).

        Voila M. le Directeur quelques marques d’un progrès indéniable qui pourrait hisser la culture audiovisuelle d’Afrique centrale au même rang que celles d’Afrique de l’ouest, du Maghreb ou de l’Afrique australe.

De ce fait, nous vous suggérons ici d’examiner dans quelle mesure la CRTV pourrait diffuser chaque semaine une heure au moins d’émission en langues nationales, si tel n’est pas encore le cas. La multiplicité de nos langues devant cesser d’être perçue comme un frein, il suffit d’envisager une certaine rotation des principales d’entre elles, dans ledit espace.



2) Dans le paysage médiatique actuel au Cameroun la chaîne de télévision « Equinoxe » a opté dans son émission « Interpellation de faire la critique de la gouvernance nationale d’une manière discutable. L’homme de la rue interviewé doit se prononcer en
« Ce qui m’énerve dans ce pays c’est… ». Une telle démarche visiblement tendancieuse et persistante (voir lettre ci jointe) mériterait par souci d’objectivité et de pondération qu’il lui soit trouvée un contrepoids conséquent.

Ainsi M. le Directeur, le PEA48 profite du présent courrier pour vous faire les propositions suivantes, étant entendu que tout n’est pas que noir, même si tout n’est pas rose non plus, au Cameroun :

- Créer une émission vox pop dans laquelle l’homme de la rue répondra par « ce qui me plait dans ce pays c’est… », ou encore,

- Créer une telle émission où chaque interviewé répondra en deux volets : “ ce que je déplore encore dans notre pays c’est… ‘’ et ‘’ Ce qui me plaît dans notre pays c’est…’’

- Créer une émission de même nature, où le citoyen interviewé puisse critiquer la gouvernance, d’une manière franche, positive, libre et polie.

M. le Directeur, nous devons probablement consacrer ensemble le dialogue national, et les médias sont plus que interpellés à cet égard.

3) La CRTV, la chaîne de télévision nationale camerounaise a récemment envoyé des reporters sur place au Zimbabwe en vue d’en avoir le cœur net à propos de la crise politique post-électorale qui a miné ce pays pendant plusieurs mois.
Cette attitude qui traduit un journalisme d’investigation, un journalisme responsable, marque en même temps, dans le cas d’espace, un comportement panafricain à l’instar de ceux des présidents Abdoulaye WADE et Laurent GBAGBO (voir document ci-joint) du Sénégal et de Côte d’Ivoire, respectivement, un comportement que le PEA48 salue à sa juste mesure.

Il s’agit de rendre objectivement compte des situations socio - politiques sur le terrain au Zimbabwe, loin de certaines prétentions des médias internationaux. Le media africain devra donc essayer de perpétrer cette conduite de ‘’ L’Afrique par elle-même’’, à côté celle de ‘’ L’Afrique par l’autre’’, car d’autres terrains d’enjeux multiples tels que le Zimbabwe continueront certainement d’exister demain sur le continent.

Voila le M le Directeur, quelques réflexions que le Parti de l’Esprit d’Avril 48 (PEA48) et son président National., son Excellence Jean Marc NGOSS, ont jugé utiles d’être porté à votre connaissance.
Puissions nous, dans le dialogue et la tolérance, bâtir ensemble le pays.

Vive le cameroun.


Le Secrétaire Général National


KOM Bernard, 00 237 99 87 74 59

Ampliations
- Ministre de la communication
- Ministre de la culture
- D.G. de la ‘’CRTV’’
- Rédaction ‘’Equinoxe Télé’’
- Observateurs politiques
- Médias

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×