DE LA SANTE DU FOOTBALL CAMEROUNAIS

     Le football camerounais traverse une fois de plus une crise profonde, et ce depuis l'arrêt et la relance par le Ministre des sports du processus électoral en cours à la Fédération Camerounaise de Football, en vue du choix du nouveau Président de la FECAFOOT.

     Actuellement que le conflit connaît un temps d'accalmie, M KOM Bernard a bien voulu donner un point de vue sur cette problématique du football camerounais, dans le cadre de la présente auto-interview:

KOM Bernard: Bonjour Mr KOM

KOM Bernard: Bonjour.

KOM Bernard: Vous avez souhaité vous exprimer sur cette questions nationale. Est-ce le Chercheur ou le Secrétaire National qui parle en vous, en ce moment?

KOM Bernard: Merci de bien vouloir faire la part des choses. Les analyses suivantes sont absolument personnelles et donc, n'engagent en rien le Parti de l'Esprit d'Avril 48 (P.E.A.48) de Son Excellence Jean Marc NGOSS. Les reflexions suivantes n'ont donc jamais été concertées.

KOM Bernard: Pouvez-vous au préalable rapeller à nos internautes/lecteurs, le principe d'une auto-interview?

KOM Bernard: Répétons simplement qu'il s'agit d'une interview à soit-même sur des questions d'actualités ou non. Cela m'a été inspiré par mes recherches permanentes et j'ai trouvé que c'était relativement pratique comme style de communication.

KOM Bernard: Pour revenir au football camerounais, croyez-vous qu'il y a un problème?

KOM Bernard: Si,si, il y a problème, étant donné une certaine absence de résultats depuis ces derniers mois.

KOM Bernard: Beaucoup accusent le Président IYA MOHAMED d'en être la principale cause. Qu'en pensez-vous?

KOM Bernard: Je ne suis nullement pas de cet avis. D'emblée, je voudrais que les accusateurs de Mr IYA redige une page, un article ou même un livre pour justifier par écrits chiffrés et datés, au besoin, leurs propos. Que ces compatriotes là veuillent bien démontrer logiquement, et par écrit, à quel niveau l'actuel Président est fautif. Après cela, il reviendrait à l'accusé de se défendre par écrit également, le peuple pris à temoin. L'objectivté dans l'analyse d'une crise, c'est aussi simple que ça, et aux journalistes de faire le bon travail.

KOM Bernard: Vous semblez en vouloir aux médias dans leur appréhensions du sujet.

KOM Bernard: De manière partisane, beaucoup de médias ne jugent pas nécessaire d'inviter Mr IYA dans une interview ou sur un plateau de télévision pour confronter sa pensée pourtant crédible à celle de ses détracteurs. Sur un plateau de télévision du dimanche à Douala, un journaliste bien connu avait pensé qu'un seul invité pro-IYA contre quatre autres anti-IYA, cela faisait l'équilibre. ça c'est du journalisme partisan et toxique.

          si Mr IYA refuse des invitations (ce qui m'étonnerait), que les journalistes nous le fassent savoir. Sinon, comment ne pas saluer au passage les regards critiques de journaux tels que ''La Météo'' ou ''Le Courrier'' qui ont fait montre d'un journalisme responsable sur la question. Je pense que le problème n'est pas de débarquer Mr IYA, mais de redresser le football camerounais.

KOM Bernard: Vous semblez soutenir Mr IYA. N'auriez-vous pas quelques relations particulières ou souterraines avec lui?

KOM Bernard: Votre suspicion est raisonnable en raison de la politique du ventre qui est aussi une réalité bien de chez nous. Mais, je n'en suis plus à ce niveau, heureusement. Ma démarche est simplement objective. Aucun lien, de près ou de loin avec cet homme plusieurs fois critiqué et diabolisé, mais toujours réhabilité à la fin. De tels contextes sont nombreux dans le passé. Les nombreuses critiques assourdissantes à son encontre semblent traduire simplement le besoin chez certaines personnes d'assouvir leurs intérêts égoistes sur le dos de la FECAFOOT que Mr IYA a hissé très haut tant sur le plan infrastructurel que sur le plan financier (la FECAFOOT est liquide actuellement).

     Comment des personnes qui n'ont jamais rien dirigé comme strucutre voudraient-elles se lever un matin pour diriger la grande FECAFOOT? Dans le même ordre d'idées, comment des gens qui n'ont jamais fait leurs preuves comme entraîneurs d'une équipe de football, voudraient-elles soudainement postuler pour entraîner nos chers lions Indomptables? c'est impossible. Un peu de retenue les amis.

KOM Bernard: Vous blanchissez carrément Mr IYA, là. C'est grave ça.

KOM Bernard: Le bilan de Mr IYA est positif, que ce soit à la FECAFOOT ou la SODECOTON, et de nombreuses preuves l'attestent, des preuves que beaucoup de médias se gardent bien de promouvoir, en soutien à ses détracteurs. Par exemple, lorsqu'il arrive en 1998, la FECAFOOT n'a pas de siège, les ouvriers accusent quarante sept (47) mois d'arriérés de salaire, et la maison croule sous le poids de plus d'un milliards de dette. Pas élogieux n'est-ce pas? Mais aujourd'hui...

KOM Bernard: Mais les Lions Indomptables volent de défaites en disqualifications depuis plusieurs années déjà, Mr KOM. Vous n'allez quant même pas nier cette vérité palpable.

KOM Bernard: On a l'impression que lorsque les Lions gagnent, c'est les joueurs qui ont été formidables et lorsque ceux-ci perdent c'est Mr IYA qui en est la cause. De plus, le football dans un pays est un système qui comporte plusieurs maillons dont le Président de la Fédération en est un tout simplement, parmi d'autres. Les raisons des défaites des Lions sont nombreuses:

i) le football a progressé dans d'autres pays entre temps.

ii) L'équipe nationale manque un avant- centre de la trempe de Patrick MBOMA, l'un des principaux artisans des victoires de 2000 à 2003 (Sydney 2000, Nigéria-Ghana 2000, Mali 2002, Coupe des confédérations, etc.),

iii) L'Etat camerounais n'a pas développé des infrastructures conséquentes au fil des ans, alors que beaucoup de Camerounais pensent que c'est à la FECAFOOT de le faire. Mr IYA déplore cette "démission" de l'Etat dans une de ses anciennes interviews.

iv) En dehors de Samuel ETO'O, l'équipe actuelle n'a pas d'autres véritables créateurs de solutions sur le terrain. Avant, si ce n'était pas MILLA, c'était ABEGA, Thomas NKONO, NDOUMBE LEA, ou MBIDA Arantes, qui sortait le grand jeu, pour ne citer que ceux-là. La valeur intrinsèque ou le génie individuel était au rendez-vous, contrairement à l'heure actuelle.

v) Les joueurs actuels ignorent ou méprisent souvent les bénédictions ancestrales pourtant importantes avant les grands rendez-vous.

vi) Notre équipe nationale fanion de football est très souvent confiée à des sélectionneurs expatriés qui n'en maitrisent pas toujours les données historiques ou récentes, pourtant indispensables à un bon coaching. Et pourtant le Cameroun a ses potentiels Hassan CHEHATA tels que Jean Paul AKONO, Jules NYONGHA, DJONKEP Bonaventure, Martin NTOUNGOU MPILE, Augustin KAMGA, NDOUMBE BOSSO, etc.

KOM Bernard: Mais, il se dit que M Jacques ANOMA, l'ancien Président de la Fédération ivoirienne de football, au contraire de Mr IYA, a utilisé les retombées financières de la coupe du monde football 2010 (Afrique du Sud) pour construire de nouvelles infrstructures dans son pays.

KOM Bernard: Merci pour la question. L'autre chose que les Camerounais ne savent pas c'est que " l'Etat Camerounais ne m'a jamais donné cinq francs", parole de Mr IYA MOHAMED, cité dans le journal "le courrier" d'il y a deux semaines environ. Aussi les trieze (13) milliards de la coupe du monde 2010 de football n'ont jamais été touchés par la FECAFOOT, mais plutôt par l'Etat camerounais, toujours selon le même journal.

KOM Bernard: On pourrait donc reprocher à Mr IYA de ne pas beaucoup s'exprimer.

KOM Bernard: Disons qu'il y a des normes à respecter en matière de communication, dans toute structure qui se respecte. Je veux dire que la FECAFOOT a des responsables à cet effet, en dehors du Président. Mais aussi et surtout, si Mr IYA avait un jour repoussé un journaliste, cela se serait su. En plus, il a souvent tenu des conférences de presse en cas de crise, même s'il faut reconnaître que l'agitation n'est pas signe d'efficacité.

KOM Bernard: Le championnat national de football, là au moins vous n'allez quant même pas refuter la responsabilité de la Fédé quant à sa dégradation.

KOM Bernard: C'est là l'autre faux argument que les adversires de l'actuelle FECAFOOT utilisent. Même si la Fédé n'est pas saine (ce qui n'est pas un cas isolé, au Cameroun comme dans le monde), il faut savoir que le championnat national de football souffre surtout du départ massif des jeunes talents vers l'occident où les conditions de vie du footballeur sont naturellement meilleures. La seule approche de solution restant la nécessité de donner un statut véritable aux footballeurs amateurs restés au pays, ce que la Fédé s'évertue à faire à travers l'instauration du professionnalisme au Cameroun, quoique l'écart démeurera grand avec les pays nantis. Les apports innovants de Mr IYA au championnat national sont nombreux et on peut en citer.

KOM Bernard: Par exemple?

KOM Bernard: L'on peut citer, entre autres, les subventions financières aux équipes de foot de la MTN Elite one en début de saison, la relance du foot féminin, la construction du stade de MBOUDA suite aux accords de partenariat avec la société MTN, le centre technique de la FECAFOOT d'Odza, le centre d'excellence de la C.A.F. à MBANKOMO, la mise sur pied des bases d'un championnat professionnel de football, l'acquisition d'un siège pour la FECAFOOT, l'introduction d'Ancien footballeurs à la FECAFOOT,etc.  Tout ceci en dehors des réussites et réalisations en faveur des Lions Indomptables.

KOM Bernard: Convenez quant même avec moi que quinze ans à la FECAFOOT, vingt-neuf ans à la SODECOTON, c'en est un peu trop pour Mr IYA, non? Nous devions avoir une culture de la démission comme en occident, je pense.

KOM Bernard: Que ce soit dans une structure ou l'autre, il n'a jamais forcé pour se maintenir. A la fédé, il a toujours été réélu par ses pairs, élections après élections, ce que beaucoup de Camerounais de la rue ignorent. A la SODECOTON, la confiance lui a toujours simplement été renouvelée d'années en années, en raison de la progression des chiffres. Grâce à sa gestion, la SODECOTON a pu être a un moment donné, être troisième entreprise camerounaise et huitième entreprise africaine.

            N'est-ce pas fantastique d'avoir des ENTREPRENEURS PROSPERES par ces temps où l'on décrie tous les jours les détournements de deniers publics dans nos pays? Et puis,  l'alternance à la tête d'une structure n'est qu'un moyen, alors que la bonne gouvernance d'une structure est une fin en soi. Même concernant la gestion d'un pays, la fameuse alternance démocratique n'est qu'une forme, alors que la bonne gouvernance c'est le fond, c'est la finalité recherchée.

          Aussi, les intellectuels Africains devraient, je pense, cesser de se demander pourquoi ceci ou cela ne peut pas se faire en Afrique comme en Occident. Pourquoi? En fait, les budgets de ces pays, le pouvoir d'achat du citoyen moyen sont voulus supérieurs et de loin à ceux de nos pays. En bref, celui gagne cinquante mille Francs ne peut pas réfléchir, ni se comporter de la même manière que celui qui en gagne trois cent mille. Ceci dit, l'on ne peut pas encourager les démissions dans le tiers monde au même titre qu'en occident où l'emploi est moins précaire.

KOM Bernard: Les "vieux" devraient céder la place à de nouvelles énergies, quant même.

KOM Bernard: Je répète que l'important, le plus important, c'est la bonne gouvernance, et non la gestion par un vieux ou un jeune. Pas d'alternance pour l'alternance.

          Il en va de même que lorsque des entrepreneurs également prospères comme Yves Michel FOTSO, Zacchaus FORJINDAM ou encore Charles METOUCK ("entre 2002 et le début de cette année 2013, M. Metouck a fait passer le chiffre d’affaires de la Sonara de 250 milliards à 1 000 milliards de F CFA, la Sonara passant ainsi de la deuxième à la première place de toutes les entreprises de l’Afrique noire francophone", dixit son avocat ) sont "éperviés", l'on se dit alors qu' au Cameroun désormais, ON CHANGE LES EQUIPES QUI GAGNENT.  

          Dans le même ordre d'idées, même si Mme Minette LIBOM LIKENG n'est pas parfaite, comme tout humain, la grande prospérité de l'entreprise étatique qu'elle gère devrait plaider en défaveur de ce qu'elle puisse être "éperviable", non?

          Je profite au passage ici pour donc solliciter auprès de "l'épervier" que, dans la mesure du possible, s'il n'y a pas d'autres raisons inédites et objectives de les garder en prison, que ces Grands Managers soient plutôt soumis à d'autres contraintes et restent ou retournent aux affaires. La prospérité est la finalité recherchée et il l'ont crée.

KOM Bernard: Mr IYA reste donc éligible, selon vous?

KOM Bernard: Certains Managers "mangent" seuls et tuent l'entreprise, d'autres "mangent" en collégialité et tuent l'entreprise, et une catégorie rare de Managers est constitué de ceux qui "mangent", font "manger" et l'entreprise prospère par le même temps. Ces derniers sont des bâtisseurs et le pays a besoin d'eux. Mr IYA, comme les quatre autre cités dans ma précédente réponse, appartient à cette catégorie. J'encourage donc sa candidature à la tête de la FECAFOOT. Hum!!!

KOM Bernard: Est-ce qu'on ne devrait pas laisser le football aux footballeurs?

KOM Bernard: Je ne pense pas que cela soit le cas dans un pays du monde. Et de plus, avoir été bon footballeur ne garantit nullement que vous deveniez ensuite bon entraîneur, un bon Président de club, de ligue ou de fédération. Donc là n'est pas le problème.

KOM Bernard: Que pensez-vous enfin de la candidature de Marlène EBOUTOU?

KOM Bernard: Disons qu'elle a de l'ambition et des idées constructives, et c'est une très bonne chose. Elle est très jeune et a le temps d'accumuler davantage d'expérience. Bonne chance à elle.

KOM Bernard: Merci, Mr KOM, de nous avoir consacré un peu de votre temps.

KOM Bernard: Quand on fait de la recherche, c'est pour bâtir. Au revoir et à bientôt éventuellement pour d'autres problématiques. Et que le Grand Manitou vous protège. Merci.



Camerounais Samuel ETO'O Football IYA MOHAMED MILLA ROGER BELL Joseph Antoine FECAFOOT

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×