LETTRE OUVERTE AU FOOTBALLEUR CAMEROUNAIS JEAN A. KANA BIYICK

PARTI  PANAFRICAIN  DU  PEUPLE (P.P.P.)

Décision N° : En création,  Siège social : Douala, B.P. 3583 Douala, Cameroun,                                                     

Tel : 237 73 41 91 94/ 99 87 74 59, Email :……………….

Page Facebook : ……………….. Site web : ………………..

 

 

Cher  Compatriote,

En cette veille de la Coupe du monde 2014 de football au Brésil, un fait majeur de l’actualité sportive nationale et internationale c’est bien la publication par le Sélectionneur VOLKER FINKE de la liste camerounaise des vingt trois (23) Lions Indomptables autorisés à participer à l’expédition au pays de la Samba.

Indigné par la raison utilisée et la manière de votre mise à l’écart par l’Allemand et ses assistants, vous avez alors décidé illico de mettre un terme à votre carrière avec l’Equipe nationale du Cameroun.

Soit. Votre amertume face à une telle faiblesse humaine est compréhensible. Mais, cher Armel, VOLKER FINKE c’est VOLKER FINKE et “ le CAMEROUN c’est le CAMEROUN “, rappelez-  vous.  Pourquoi vouloir mettre sur les plateaux d’une même balance une personne (ou un groupe de personnes) et une Nation ? Plus encore, des millions de fans vous aiment aussi sous les couleurs nationales et vous n’avez probablement pas pensé à eux, avant votre décision. N’oublions que le joueur joue d’abord pour le Peuple qui demeure et pas pour les individus qui passent. Avez – vous un problème avec le Peuple Camerounais ? Non, visiblement.

Si l’on ne vous a pas sélectionné cette fois-ci, le Parti Panafricain du Peuple vous invite au patriotisme inconditionnel, comme Roger MILLA et autres, ont su le faire d’antan. Peut-être sauverez-vous le pays en football dans quelques mois seulement, qui sait. Veuillez rester à l’écoute du peuple, car un individu ne saurait avoir raison sur une nation.

Votre Papa, il y a aujourd’hui presque vingt ans, de façon quasi analogue, avait été indigné par la victoire du Gabon (1-0) sur le Cameroun à Yaoundé, en finale d’une coupe de l’UDEAC, et l’avait manifesté par des larmes de patriotisme, devant les journalistes. Mais quelques mois plus tard, c’est lui qui inscrivit le but de victoire (le deuxième) face au même pays à Libreville (3-1), dans un duel très attendu comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde de football.

Alors, cher Armel, Silence, Patience et Travail, car d’autres hommes et d’autres échéances viendront. Merci.                                                                          

                                                                                                                                Douala le 06 juin 2014                                                    

Le Fondateur,

KOM Bernard

Cameroun Lettre Jean Lions Indomptables brésil 2014 ouverte Armel KANA BIYICK Liste VOLKER FINKE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site