UNE GUITARE SANS FIL INVENTEE AU CAMEROUN

Innovation :Trois Camerounais inventent une guitare
Écrit par Lindovi Ndjio   
Jeudi, 21 Juillet 2011 08:33

L’instrument multifonctionnel est doté d’accessoires qui rendent l’artiste indépendant.Rivelda. Le nom pourrait dans un avenir proche ou lointain être porté sur les guitares. Trois Camerounais en revendiquent la conception : Richard Essimi

 


 

 



 

 


Ngono, Paulin Eye et Patrick Nathan Bayiga qui exhibent avec fierté le récépissé de déclaration de l’invention obtenu de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi). Il s’agit en fait d’un nom que le trio attribue à une guitare et des accessoires qui en font un outil singulier. «C’est une guitare qui rend l’artiste indépendant ; elle permet d’obtenir tous les sons : ceux de la guitare bass, la rythmique et la solo. En plus, elle peut être électrique comme elle peut être acoustique», explique Richard Essimi.Deux autres appareils issus de la même ingéniosité accompagnent la guitare elle-même. La Centrale d’analyse et de mixage (Cam) qui reçoit les signaux de la guitare et en envoie également à la guitare. «C’est elle qui centralise les différents sons pour faciliter le travail de mixage» ; et le Connecteur de distribution de signaux (Cds). «C’est le Cds même qui rend l’artiste indépendant, puisque c’est lui qui donne à la guitare la possibilité d’avoir toutes ses caractéristiques. Egalement, avec ça, on peut isoler une des cordes de la guitare si bien qu’elle ne fonctionne plus même si on joue là-dessus ; c’est aussi ça qui permet de passer du son solo au rythmique ou à la Bass», indique Paulin Eye, très engagé à expliquer par la démonstration. En plus, précise-t-on, la guitare compte 26 casses au lieu de 24. A l’arrière de la Cam, se trouve un petit écran qui signale l’état du réseau. A 93, on sait que le signal est bon, mais en deçà, il y a un problème, dit-on ici, sans pouvoir expliquer exactement comment on a pu avoir le chiffre.Avec celui-ci, l’artiste peut utiliser les piles rechargeables et se déplacer sur 30 à 40 mètres du Cds.

16 ans de réflexion

C’est le fruit de seize années d’une recherche initiée en 1995. L’atelier se trouve dans le domicile familial sis au quartier Emombo à Yaoundé. Un espace de près de quatre mètres carré où le visiteur à de la peine à se trouver une place assise. Cinq coques peuvent attester de plusieurs tentatives ratées. Des câbles électriques, des débris de fils de petits appareils et de vieux chargeurs de téléphones jonchent le sol. «En dehors de quelques instruments que nous avons achetés à la quincaillerie, nous avons surtout utilisé des objets de la casse, et des coques et autres boutons que nous retirons des téléviseurs et des radios. Avec les chargeurs de téléphones par exemple, on retire les boyaux et on y insère nos propres plaques», explique Patrick Bayiga. La coque de la guitare est en bois, l’iroko parce qu’il est léger, disent-il.

Le nom donné à l’invention en dit long sur l’histoire du produit : Revelda qui signifie «Révélation de l’éternel Dieu des armées». C’est que «le constat a été fait lors d’un mariage au cours duquel nous avons constaté que l’orchestre avait un problème. Ils étaient coincés sur place alors qu’ils avaient de la peine à se mouvoir dans la salle. C’est là que Dieu nous a inspirés. Il nous a entraînés à réaliser ce que vous voyez, parce que je ne peux pas expliquer comment nous avons pu le faire», raconte Eye Paulin, le plus âgé du trio.

 Les inventeurs confient tous n’avoir fait que le cycle primaire. «Je n’ai que le Cep», ajoute Eye. Et Patrick Nathan Bayiga de préciser que «aucun d’entre nous n’a fait une quelconque formation en électronique, ni même sur le tas». C’est pourquoi le trio n’a de cesse d’invoquer Dieu. Eux qui pensent avoir trouvé le moyen de donner un sens à leur existence, n’ont plus qu’un rêve : faire connaître leur invention à travers le monde. «Mais il faut d’abord que ce soit une guitare nationale, parce qu’il ne faut pas que l’extérieur nous écrase. Il faut que les artistes Camerounais soient les premiers à l’utiliser. Après, si quelqu’un veut utiliser notre brevet pour le fabriquer en masse, on en discutera», indique Richard Essimi Ngono.

 

Mise à jour le Jeudi, 21 Juillet 2011 09:30
Commentaires (1)

1. Mevifiawheify (site web) 08/01/2013

Hi all,

I'm prepared to purchase a https://muzzyshop.com/embrace-the-body-wrist-wrap-case-pack-6.html

Will hut me some light. Is it worth?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site