FACE A FACE GBAGBO-OUATTARA:MORCEAUX CHOISIS

Il y a quelques jours, à l'occasion des présidentielles ivoiriennes, le monde entier a assisté à un face à face télévisé et direct entre le Président sortant Laurent GBAGBO et son dauphin du 1er tour, l'économiste, le Dr Alassane OUATTARA. Cette grande sortie médiatique au caractère historique, aura donné l'occasion de mieux appréhender chacun des deux hommes politiques, et plus particulièrement l'homme GBAGBO. Voici dégagées quelques déclarations assez chocs que l'on peut retenir à l'issue de cette confrontation sans précédent.

           


            << Entre 1977 et 2000, du temps de HOUPHOUET BOIGNY, on ne parlait pas d'argent du pétrole en côte d'ivoire. C’est avec mon arrivée qu'on a commencé à le faire. C'est une preuve de mon souci de transparence, non? >>, L. GBAGBO

            << J'ai un seul compte bancaire, et il est ici à ABIDJAN, à la SGBC, à côté de la Riviera. C’est là que l'on me vire chaque mois le salaire que je me suis donné. Je ne reçois pas de valisettes d'argent la nuit, ni du trésor, ni de la douane, ni des impôts. Je n'ai pas d'autres revenus>>, L. GBAGBO

            << S'agissant de l'éducation en Côte d'ivoire, les gens parlent plus avec émotions plutôt qu'avec du concret. Voici les chiffres...De 1993 à 2002, et de 1994 à 2004, le bilan est éloquent, que ce soit au Concours d'entrée en 6ième, au CEPE, au BEPC ou au Baccalauréat.>>

            << Je n'ai pas fait deux mandats, mais plutôt un mandat en deux, à cause de vous. >> L. GBAGBO, s'adressant à M OUATTARA.

            << J'ai fait voter une loi en Côte d'ivoire contre les peines privatives de liberté à l'égard des journalistes. Qui dit mieux ? >> L. GBAGBO

            << A l'issue de ce débat, on peut dire qu'il y a eu deux vainqueurs: La Côte d'ivoire et la démocratie>>, L. GBAGBO sur RFI et France 24, au terme du débat.

            << J'ai reçu des coups de fils des pays amis, et même de ceux qui sont moins amis.>>, L. GBAGBO sur RFI et France 24, à l'issue du face à face.

 

            << Pourquoi tu m'appelles aujourd'hui M le ministre, alors que d'ordinaire on s'appelle Alassane et Laurent? >>, Alassane OUATTARA à L. GBAGBO.

            << Les déclarations ne suffisent pas à prouver la responsabilité de puschiste. >> A. OUATTARA.

        Voilà de quoi situer, même dans une moindre mesure, ceux qui n'auraient pas suivis ce débat courtois, fraternel et critique à la fois, entre les deux leaders politiques africains. Il ressort de ce regard, et en partie, que le Président GBAGBO, toujours égal à lui- même, reste un homme modeste (une attitude qui n'est pas sans rappeler celle d'un certain MOUSSA DADIS CAMARA, ou d'un Thomas SANKARA), soucieux de transparence, de démocratie, progressiste et patriote.

        Le peuple ivoirien a voté ce jour, et il reste plus qu'à espérer qu'il ait fait le choix certain, en attendant les résultats d'ici quelques heures.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×