"QUAND JE VAIS AU COLLEGE, JE RISQUE MA VIE"

                                      Par SOS EDUCATION (France), juin 2011

« Fils de pute » « Redis ça, j'te tue » « Nique ta mère, j'vais t'planter! »

Ces paroles font partie du quotidien des « collèges
sans difficultés particulières »
. Des insultes parfois
qualifiées de « bon enfant », langage d'élèves qui ne
savent pas ce qu'ils disent ?!

 

Et qui ne savent pas non plus ce qu'ils font.

Cette semaine, Carla, une jeune collégienne est morte sous les coups
d'un autre adolescent. Pour le ministre de l'Éducation, c'était une « bagarre
qui a mal tourné »
. Ces propos sont d'autant plus choquants que l'agresseur
fait de la boxe. Comme si elle avait eu une chance...

Les faits se sont déroulés ce lundi ; l’année dernière, c’était Hakim,
l’année d’avant, on a déjà oublié son nom… Quand la violence devient
telle que Carla et les autres se font massacrer devant leur collège,
nous sommes dans l’obligation de réagir et non plus de laisser faire.

Les parents accusent les professeurs,
les professeurs accusent les parents,
le ministre accuse la société : « Ce n'est pas l'école qui est
violente. L'école est le reflet de la société »
a-t-il courageusement
lancé sur Europe 1, mardi 21 juin.

Mais les jeunes eux subissent la pression des parents, la dépression des
professeurs, le mutisme de l’encadrement et la violence croissante...
qui peut devenir mortelle.

Quand l'adulte démissionne, tout le monde trinque.

Cette démission a été accentuée par des lois, qui ne permettent pas
aux professeurs de prendre les moyens de se faire respecter.
Les établissements se protègent en étouffant les problèmes. Et les parents
découvrent au détour d'une tragédie qu'ils ont jeté leur enfant dans
une arène.

Résultat : 46% des parents ont peur d’envoyer leurs enfants à l’école.

Pourtant il est possible de changer les choses. Car la solution, on la
connaît et depuis longtemps !

Vous pouvez provoquer un effet boule de neige en faisant circuler ce
message le plus possible. C'est MAINTENANT qu'il faut agir. Après il
sera trop tard : les vacances arrivent et si vous ne faites rien, le grand
couvercle de l'oubli sera remis en place sur la cocotte-minute.

Depuis près d'un an, le ministre de l'Éducation Luc Chatel doit signer
un décret qui lui permettrait de remettre un peu de discipline et de respect
dans le système.

Il ne fait rien, barré par les syndicats, les fédérations de parents
qui trouvent toujours une virgule à déplacer dans un texte qui n'est
pas parfait mais qui serait le premier texte depuis 25 ans qui irait
dans le bon sens : plus de discipline et de respect dans nos établissements !

Au cours des vingt-cinq dernières années, on a fait sauter toutes les barrières :
•    le zéro de conduite a été interdit
•    les lignes aussi
•    les sanctions sont mises avec « sursis » donc ni faites ni à faire !
•    il est interdit au professeur de baisser la note d'un devoir en raison du comportement
•    les sanctions sont effacées des dossiers de l'élève au bout d'un an
•    les sanctions collectives sont interdites
•    etc.

Et les élèves sont laissés à eux-mêmes ; et à leur violence.

Vous avez été plus de 50 000 à signer la pétition qui lui demande de signer ce décret.

Nous avons déjà présenté une première partie du livre des signatures
au ministère.
Qui a essayé de modérer nos ardeurs en nous flattant : « maintenant que
vous faites partie du paysage éducatif français... vous pouvez vous
calmer »
!

Mais la rentrée 2011 s’annonce comme les précédentes : climat scolaire
détérioré qui va parfois jusqu’à la haine : haine entre élèves,
haine à l’égard des professeurs.

Depuis un an déjà, notre site www.soseducation.com invite les citoyens
à appeler leur député pour en finir avec la violence à l'école. 144 députés
ont signé les 8 mesures contre la violence à l'école proposées
par SOS Éducation et en ont parlé au ministre. S'ils les ont signées,
c'est grâce à vous.

Vous dérangez. Les politiques sont obligés de
vous entendre, même s'ils résistent encore. Il faut intensifier notre
pression pour qu'ils cèdent
.

50 000 signatures pour pousser Luc Chatel à signer, c'est bien. Mais
il faut que nous soyons au moins 100 000 voire 200 000 à signer cette
pétition !

Luc Chatel a annoncé sur Europe 1, mardi 21 juin, le lendemain de la
mort de Carla, que « le dispositif de sanctions à l’école sera
également revu à la rentrée »
.

Pourquoi à la rentrée et pas tout de suite ? 

Doit-on le croire sur parole, alors que ce décret n'est toujours pas signé ?
Ce décret est sur son bureau depuis UN AN !

C'est pour ça que je vous écris aujourd'hui : je vous demande de
transmettre ce message à tous vos proches : cliquez maintenant sur le
bouton « transférer » de votre logiciel de courrier électronique et
envoyez-le à tout votre carnet d'adresses.

Vous seul pouvez les convaincre de l'urgence. Si chacun de nous agit à
son niveau, nous pouvons forcer les politiques à changer les lois.

Ils sont d'autant plus « à l'écoute » que les élections
présidentielles approchent. C'est vraiment très important pour vos
enfants, pour vos petits-enfants, pour nos professeurs et pour la société entière. Car la
société se construit dans nos écoles.

Vous êtes maintenant devant un choix :
Soit vous fermez les yeux en jouant la vie de votre enfant aux dés, en
le laissant à l'école sans rien faire et vous acceptez que
la loi de la jungle s'y installe en espérant qu'elle ne s'étendra pas
plus encore...

Soit vous réagissez, à votre niveau, pour que vos amis, et les amis de
vos amis, se lèvent avec vous pour former un grand mouvement de
citoyens. Le décret que le ministre doit signer n'est qu'un premier
pas. Plus nous serons nombreux à demander « Plus de discipline et plus de
respect dans nos écoles », plus les politiques seront obligés de changer les lois.

Vous trouverez aussi des bannières dans ce mail. Elles sont à vous.
Utilisez-les pour diffuser le message ! Enregistrez l'image et utilisez le lien
vers la pétition : http://www.soseducation.com/9mois/petition.php

Je compte sur vous !
Merci.

Cordialement,
Éric Galland
Responsable des relations parents-professeurs
SOS Éducation

P.S. : L'été est déjà commencé. Beaucoup de gens vont partir en
vacances et « tourner la page » pour mieux oublier la réalité. Je
souhaite qu'ils partent  l'esprit tranquille.
La signature de ce décret constitue un symbole fort, à l'approche des
élections. En le demandant, ce n'est pas seulement son application
pour laquelle vous vous battez, mais c'est un avertissement que vous
envoyez à nos politiques : sauvez l'école de la République avant qu'il
ne soit trop tard !

S'il-vous-plaît : transmettez ce message !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×