L'Afrique et la lecture

Le 23 janvier 2014.

            Voilà un sujet qui quelques fois interpelle les intellectuels soucieux du développement de l’Afrique. L’on a constaté de manière quasi unanime que l’un de nos problèmes en matière de mentalité, c’est de ne pas lire suffisamment. Collez une affiche dans un environnement africain, même s’il est bien en vue, il n’est pas sûr que ce soit la majorité qui s’y intéresse. Pourquoi ne même pas, à l’occasion, faire une petite statistique, au fur et à mesure des passants, pour apprécier le nombre de lecteurs, de curieux, d’indifférents et autres,  qui se pencheront  ou non vers l’affiche que vous venez de poster?

             Même si l’on peut se blâmer de ce fait, il n’en demeure pas moins que l’on puisse concomitamment reprocher aussi aux Occidentaux, par exemple, de trop s’attacher exclusivement aux écrits. Par ailleurs, même si l’Africain se doit de faire des efforts pour améliorer son goût de la lecture, en dehors des études diplomantes, il convient de ne pas ignorer que si l’écriture consacre le savoir rationnel, eh bien l’oralité (le verbe) dont se réclame l’Afrique actuelle est le socle principal de la spiritualité, et de la science irrationnelle en général.

            A côté des autres actions comme la foire du livre, les concours de lecture/écriture, les subventionnements du livre par l’Etat ou les Organismes Internationaux, une autre mesure d’encouragement à la lecture, dans le contexte africain (et ailleurs peut-être aussi) pourrait être la NORMALISATION DE LA TAILLE TREIZE (et dans certains cas la taille quatorze) des caractères de saisie, contrairement à la taille douze communément adoptée actuellement.

            En clair, afin d’améliorer l’esprit de lecture en Afrique, les documents officiels, les journaux, les livres, et autres documents écrits pourraient désormais être imprimés à la taille treize (dans les logiciels de traitements de textes habituels, Word, Excel, etc.). Cela pourrait engendrer parfois des surcoûts dus à une augmentation du nombre de pages du document, mais que l’on gagnerait en contrepartie par un lectorat accru. Donc, si l’on souhaite être plus amplement lu en Afrique, agrandir la taille ordinaire du caractère de saisie, DE DOUZE A TREIZE peut être un atout.

Afrique Ecriture KOM Bernard Lecture littérature Lire Foire Livre

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×