DES PERFORMANCES DES ELEVES EN MATHS AU BEPC

PARTI PANAFRICAIN DU PEUPLE (P.P.P.)
Décision N° : En création, Siège social : Douala B.P. 3583 Douala, Cameroun Tel : 237 73 41 91 94 / 99 87 74 59 Email : ………………………..Page Facebook :……………………….Site web :……………………………

DES PERFORMANCES DES ÉLÈVES EN MATHÉMATIQUES AU B.E.P.C.

Le Problème :
La structure de l’épreuve de Mathématiques au Brevet d’Études du Premier Cycle (B.E.P.C.) camerounais pose un problème quant à la bonne performance des candidats dans cet examen, chaque année quasiment.
L’épreuve, jusque – là, comporte en première partie, des activités numériques (sur 6,5pts), en deuxième partie des activités géométriques (sur 6,5pts) et enfin un problème (sur 7pts). Et c’est cette dernière partie “problème“ qui est la difficulté constatée. Et comment ?

i) Le “problème“ est assez souvent de la géométrie (une étude a été faite là-dessus pour les sujets de 2000 à 2012) sur sept (7) points, ce qui entraîne globalement un surdosage (6,5 + 7 = 13,5 pts) de géométrie, partie généralement peu prisée des Apprenants et des Enseignants qui manifestent couramment un penchant plutôt pour la numérique.

ii) La partie problème a souvent pour objectif d’amener l’élève à appliquer la mathématique à une situation concrète de la vie ou à faire des calculs sur une structure (calcul professionnel) que l’on veut fabriquer ou construire. Ce qui est bien sûr intéressant. Mais seulement, cet état de chose ne fait pas partie du vécu didactique quotidien de l’enfant camerounais en classe.

Voilà deux alibis qui font que le “problème“ devienne un gouffre en général pour de nombreux candidats au BEPC, lorsque ceux-ci n’ont pas recourt à la fraude. C'est une situation d'échec, certes, mais qui n'est pas exclusive à la Mathématique. Alors, comment espérer y remédier?

Proposition 1 : Qu’à chaque évaluation en classe désormais, le professeur veille à consacrer environ cinq points à un problème mathématique relatif au concret. Que cela soit une réalité à chaque séquence. Ce serait renforcer l’initiation de l’enfant africain à l’usage de la technologie pour le développement.

Proposition 2 : Que l’on alterne souvent entre deux canevas de l’épreuve, l’ancien et le suivant :
- Deux parties, l’une Numérique sur dix (10) pts et l’autre Géométrique sur dix (10) pts également.
– Chacune des deux parties devant comporter environ quatre sous-parties I, II, III et IV. Ce deuxième canevas semble plus proche de la réalité pédagogique actuelle.

Voilà d’autres propositions sensées contribuer à l’amélioration des performances des élèves en Mathématiques au BEPC camerounais. Puisse cela enfin être suivies des décisions qui s’imposent. Mais, en attendant, il reviendrait à l’Enseignant en classe, ou en situation d’examinateur, d’impulser ce changement dont il a la liberté d’en juger la quintessence.

Fait à Douala le 02 juillet 2014


Le Secrétaire Général


KOM Bernard

Mathématiques études Brevet Premier Cycle Camerounais Maths Faible Taux Réussite

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site