Jean Pierre YOUDJEU

Du pouvoir maléfique de la parole

Du pouvoir maléfique de la Parole en pays bamiléké : le phénomène du «tchop »

 

      

        Chez les peuples bamilékés de façon générale, nos paroles, nos actes et nos mauvais gestes  témoignent contre nous et contre nos progénitures pour des générations et des générations. Tout bamiléké de pure souche, conscient de la puissance et du pouvoir du verbe, de la parole lâchée, prononcée dans de bonnes conditions ou dans des mauvaises circonstances (surtout dans une concession familiale ou un lieu sacré) ne serait pas étranger à ce genre de démon monstrueux né de la parole.  Lequel sème désolation et ravage dans nos familles et toute la contrée bamiléké. (cf. le prologue de l’évangile selon St Jean). A propos et d’ailleurs, il est écrit que ce n’est pas ce qui entre dans la bouche de l’homme qui le tue, mais plutôt ce qui sort de sa bouche. Donc, la parole est une épée, un glaive, d’où la naissance du « tchop » né du fait de secouer sans cesse la poussière et la cendre de nos pieds, ou de ruminer sans cesse sa rancune contre autrui afin que cela témoigne contre ceux qu’on voudrait accabler. 

        

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site